Pedro Garcia, 90 ans, des sorties de 120 km à vélo

par cycloexideuil16  -  17 Février 2013, 02:28  -  #Cyclosport

 

Nous sommes plusieurs au club à avoir roulé voire couru avec ce sympathique Pedro auquel le journaliste de la Charente Libre Julien Prigent a consavré ce bel article.

"S'il n'y avait pas eu ces foutues varices, Pedro Garcia aurait pu être un grand coureur. «Les gars que je croise sur les routes me disent souvent: t'as été pro, toi !» Dans un sourire dont il ne départit jamais il ajoute: «Moi je leur dis que non mais que peut-être j'aurais pu l'être.»

A 90 ans - il les aura le 15 mars -, Pedro pédale comme jamais. Son compteur raconte en quelques chiffres la virée de dimanche dernier: 110 km à 23 km/h de moyenne ! Son coeur affiche une jeunesse déconcertante. «46 pulsations minutes», certifie-t-il. Un palpitant de champion, apte à endurer ses virées hebdomadaires de 120 bornes, une séance quasi quotidienne de deux heures de home-trainer. Et, pour faire bonne figure, une soixantaine de tractions matinales.

«Il a une vie très saine, n'a jamais fumé, jamais bu pour ainsi dire. Il s'envoyait un verre et il était ratatiné !», témoigne Simonne, son épouse. Pedro, c'est de l'acier trempé. Sa tension est «impeccable». Son corps ne l'informe jamais d'aucune douleur. Chez le nonagénaire de Saint-Michel, seule l'ouïe dort. Pas un pet de travers si on met de côté ces foutues varices.

Au diable les varices !

1937. Léon Blum et le Front Populaire viennent d'offrir ses premiers congés payés au peuple de France. Sur une petite route de Charente, à Chadurie, Pedro Garcia participe à sa première course de vélo. Il a 14 ans. Il aime ça. Il se débrouille bien, l'enfant d'immigrés espagnols né à Saint-Michel. Mais il faudra attendre une quarantaine d'années pour qu'il s'assoit de nouveau sur une selle. La faute aux varices.

«Continuer aurait été dangereux pour ma santé. C'est ce qu'on m'a dit à l'époque.» Tant pis, Pedro jouera au foot. Et puisqu'il ne peut plus les enfourcher, il les réparera, les vélos, pour les cycles Audoin, une échoppe ruffécoise.

A 53 ans, le démon du biclou vient de nouveau le titiller. Un beau-frère est en week-end en Corrèze. «Il m'a dit: viens on va faire du vélo. J'en ai emprunté un à la boutique, et je m'y suis mis Au diable les varices ! C'est le coup de foudre. Pedro rentre dans le peloton bien garni des quinquas en cuissards en quête de jeunesse éternelle.

Pedro, une fois lancé, on ne l'arrête plus. Les 600 km de Bordeaux-Paris ? Il les a avalés quatre fois ! Son record: 36 heures. Mieux, il a ramené deux médailles de bronze des championnats du monde vétéran qui se déroulent chaque année en Autriche. C'était en 1998. Pedro était un gamin de 75 ans.

Désormais, les sorties, c'est en solo sur les routes charentaises, «du côté de Cognac, Baignes, ça dépend des jambes et du temps». Il a bien tenté l'aventure avec les locaux de l'AC Saint-Michel, «mais ils ne roulent pas plus de 70/80 bornes...»

Lors d'une de ses dernières virées dominicales, Pedro Garcia est tombé sur un autre cycliste en pleine réparation de chambre à air. «Il m'a dit: ne m'attendez pas. J'ai 69 ans, alors j'y vais mollo

Pedro Garcia se tape sur le cuissard: «69 ans... Il pourrait être mon fils ! Et moi qu'est ce que je devrais dire alors ?» "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :